Souvenirs de Tokyo – Mon premier voyage

Mon premier voyage

C’est au début de l’année 2015 que j’ai pris la décision de partir à Tokyo pour la première fois. Je n’avais pas encore une vie professionnelle stable, et mon mari et moi ne pouvions toujours pas habiter ensemble. J’ai fait de grosses économies avec mon maigre salaire, et j’ai pu réaliser le rêve qui m’animait depuis le collège l’été de mes 25 ans. J’ai pris l’avion pour la première fois de ma vie en compagnie de personnes que je ne connaissais pas, direction Tokyo !

IMG_3733

Un voyage linguistique

L’organisme Autrement le Japon proposait à l’époque un voyage linguistique d’un mois dans la capitale japonaise. Je regrettais de ne pas avoir pu apprendre le japonais comme je le souhaitais à l’université. J’ai mal vécu cet échec, et j’ai vu ce voyage comme une opportunité pour me rattraper. Après tout, quoi de mieux que d’apprendre une langue dans son pays d’origine !

Du lundi au vendredi, je suivais des cours dispensés à l’école Tokyo International japanese school (東京国際日本語学院) dans le quartier de Shinjuku. Les cours étaient donnés intégralement en japonais, et la grande majorité des élèves étaient d’origine étrangère. Bien que nous étions une dizaine de francophones, nous communiquions principalement en japonais. Beaucoup de choses que j’avais déjà appris me sont revenues en mémoire, et je ne me suis jamais sentie en difficulté ou perdue. Je faisais les devoirs demandés tous les soirs, et relisais les cours le matin en mangeant mon petit-déjeuner. Je participais au maximum pendant les cours, et j’ai fait pas mal de progrès en expression orale. Au cours de la troisième semaine, j’ai même pu intégrer un groupe plus avancé sans que cela ne me pose de problème ! En l’espace d’un mois, j’ai réussi à intégrer les points grammaticaux étudiés en 5 ou 6 mois à l’université. De plus, l’école proposaient toutes les semaines des animations autour de la culture japonaise et des sorties organisées. J’ai eu le plaisir d’apprendre à porter un Yukata, de faire des origami, ou encore d’assister à une cérémonie du thé. A la fin du mois, nous avons tous reçu un certificat attestant de notre apprentissage de la langue à l’école. Je le garde précieusement dans mes archives, et ma carte d’étudiante est toujours dans mon portefeuille.

Matsudo

Durant ce séjour, je logeais à la DK House de Matsudo, une ville située à environ 30 minutes en train de Tokyo. L’établissement accueillait principalement des étudiants étrangers, mais nous n’étions pas très nombreux à cette période. Quelques personnes de notre groupe de voyage y logeaient également. A l’entrée, il y avait les casiers pour nos chaussures (nous nous déplacions avec des chaussons fournis par la DK House à l’intérieur du bâtiment) et les porte-parapluies. Un ascenseur et un escalier menaient aux étages supérieurs. Sur la gauche, il y avait une petite cour intérieure où on pouvait apprécier le chant des cigales, mais la chaleur était telle que le lieu était le plus souvent désert. La salle commune mettait à notre disposition des canapés, une télévision, un ordinateur, des tables et des chaises et une grande cuisine équipée avec une réserve pour nos denrées alimentaires. Nous avions également un accès à un distributeur de boissons, une petite salle de sport et aux douches au rez-de-chaussée.

Les étages étaient réservés aux chambres. J’étais au premier étage qui était mixte, mais cela ne m’a posé aucun problème. Malgré la surface de ma chambre (environ 7m2), je disposais de tout le confort dont j’avais besoin : un lit, un climatiseur (le meilleur allié pour affronter la vague de chaleur estivale), une table et une chaise où je pouvais utiliser mon ordinateur et faire mes devoirs, et un frigo. En l’absence d’une armoire pour mes vêtements, j’accrochais des robes au mur.

Sur le toit, il y avait l’espace réservé aux machines à laver. C’était agréable d’aller accrocher son linge dehors. On pouvait même voir la Skytree ! Un soir, alors que j’étais rentrée plus tôt à cause de la fatigue, j’ai été surprise par les lumières d’un feu d’artifice. Pouvoir l’admirer au calme sur le toit de la résidence était un moment magique.

Nous prenions le train tous les matins en compagnie des salarymen, direction Tokyo. En dehors des heures de pointe, le voyage était plutôt agréable et passait relativement vite. Lorsque je ne rentrais pas trop tard, j’avais plaisir à me promener le long de la voie ferrée à la recherche des sanctuaires ou cimetières aperçus dans le train. Ces lieux étaient inconnus des touristes, et j’ai pu profiter de leur calme et de leur sérénité. Mes besoins de shopping étaient également assouvis grâce au Book Off Super Bazaar, idéalement situé à l’une des sorties de la gare. J’y ai acheté bon nombre de livres et magazines de mode ainsi que des vêtements dont les prix défiaient toute concurrence !

 

Des événements très spéciaux

En raison de mon emploi du temps, et notamment à cause des cours, il y a beaucoup de choses que je n’ai pas pu faire ou visiter à Tokyo. Mais cela ne m’a pas empêchée de vivre des expériences uniques !

Cela a commencé par une Tea Party Lolita (lire l’article) à Shibuya, puis une vente privée de jeunes créateurs au Jardin de Luseine à Harajuku. Côtoyer la communauté Lolita japonaise en compagnie de françaises était un privilège. Toujours côté mode, j’ai participé à la Harajuku Fashion Walk (lire l’article), un événement mensuel où se retrouve les « Harajuku kids » pour défiler et passer du temps entre amis.

Avec des personnes du groupe, nous sommes allés au Comiket d’Odaiba. D’immenses halls abritaient une multitude de jeunes auteurs et d’illustrateurs amateurs. J’ai été impressionnée par leur nombre, et me rendis compte de la difficulté pour ces artistes à sortir de l’ombre et attirer l’attention des maisons d’édition. A l’extérieur se trouvait un grand espace pour les cosplayer dont certains faisaient face à une armée de photographes.

J’ai fait la route jusque Yokohama pour le dernier jour du festival Pikachu. La ville était parée des couleurs du Pokemon emblématique de la série et offrait de nombreux divertissements au public : spectacles, défilés, danses,… le tout dans une ambiance bon enfant et décontractée. Au soir, nous nous sommes rendus à Kawaii Monster Cafe, un bar à thème conçu par l’artiste Sebastian Masuda. Désormais célèbre, nous l’avons découvert quelques jours à peine après son ouverture ! J’y suis retournée 3 fois au cours de mon séjour afin de tester quelques uns des plats hauts en couleur de la carte.

L’expérience la plus folle fut certainement d’assister à un concert de plusieurs groupes d’idols dans une ruelle secrète du quartier d’Akihabara. Une des membres de notre groupe, fan d’idols, avait reçu des informations pour assister à ce concert. Nous nous sommes retrouvés au sous-sol d’un bâtiment, rempli à 90% d’hommes ! Tout d’abord déconcertés par le spectacle des fans avec leurs chants et danses, nous nous sommes finalement pris au jeu et avons même donné de notre personne. A la fin des représentations, chaque groupe ont disposé sur des tables leurs goodies et proposaient des photos. J’en ai profité pour en faire avec deux membres du groupe Chubbiness que nous étions venus encourager.

 

Une autre vision du voyage

En de multiples occasions, je me suis retrouvée seule à flâner dans les rues. D’abord accrochée à mon appareil photo, je l’ai peu à peu abandonné afin de profiter des ambiances et des environnements qui m’entouraient. Je plongeais alors pleinement dans cet univers pour me fondre dans la masse. Je ne voulais plus être une simple touriste. J’étais une voyageuse qui voulais vivre « à la japonaise ».

Cela fera bientôt 3 ans que je ne me suis pas rendue au Japon. Ce pays hante mes pensées quotidiennement depuis que je suis revenue. J’en parle à mes proches et mes amis de manière obsessionnelle, jusqu’à m’en faire perdre la tête. Cette année, je vais enfin pouvoir retrouver mon Tokyo et le faire découvrir à mon mari. Bien sûr, nous irons visiter les lieux touristiques, mais nous irons surtout nous perdre dans ces ruelles chargées d’histoire, manger dans les petits restaurants de quartier, découvrir notre Tokyo.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s