Série – Kantaro, the sweet tooth salaryman

Kantaro, the sweet tooth salaryman

Basée sur le manga Saboriman Ametani Kantarou de Tensei Hagiwara, cette série met en scène les escapades gourmandes d’Ametani Kantarou, commercial d’une société d’édition. Malgré son efficacité au travail, il visite secrètement des pâtisseries durant ses tournées et tient à jour un blog sous le pseudonyme de Sweets Knight. Mettant tout en oeuvre pour le cacher à ses collègues et son supérieur, tous les coups sont permis pour ne pas nuire à sa réputation ! Mais l’étau se resserre lorsqu’une employée fait le rapprochement entre les visites commerciales de Kantarou, et l’adresse des pâtisseries où est allé son blogueur culinaire préféré… Jusqu’où mènera-t-elle ses investigations ? Produite par TV Tokyo et Netflix, la série est diffusée sur la plateforme depuis Juillet 2017.

saboriman_kantarou_2433

Le premier épisode pourrait rebuter les non-initiés en raison du jeu particulier des acteurs et des scènes insolites. En effet, lorsqu’il mange des pâtisseries, Kantarou (interprété par l’acteur de Kabuki Onoe Matsuya) entre dans une transe qui le projette dans un univers parallèle où les douceurs qu’il déguste prennent vie. Mais une fois la difficulté surmontée, on apprécie la découverte de ces pâtisseries japonaises et occidentales plus ou moins célèbres. Anmitsu, mamekan, ohagi, ou encore bavarois au matcha, chacune de ces spécialités est décrite avec précision par notre gourmet et bénéficie de prises de vue alléchantes. De plus, les boutiques et autre salons de thé où se rend Kantarou existent réellement ! De quoi programmer quelques équipées gourmandes dans la capitale japonaise.

maxresdefault

Moi-même amatrice de gourmandises, j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir (ou redécouvrir) certaines spécialités nippones. On réalise alors toute la complexité de la pâtisserie japonaise, trop peu représentée chez nous. Ingrédients choisis avec soin, présentations soignées et réfléchies, tout est fait pour nous mettre l’eau à la bouche. D’abord décontenancée par les scènes de transe du protagoniste, je me suis finalement laissée convaincre par cet humour singulier. Cela n’avait parfois ni queue ni tête, mais certaines situations étaient hilarantes. Mais ce que j’ai préféré, c’était de découvrir des pâtisseries existantes ! Comme je suis dans les préparatifs de mon prochain voyage à Tokyo, j’espère pouvoir me rendre dans quelques enseignes et me faire mon propre avis sur leurs spécialités.

Vous trouverez ci-dessous la liste des pâtisseries figurant au générique de chaque épisode :

Episode 1 – Anmitsu

Amamidokoro Hatsune – Ningyocho

Amamidokoro Hatsune

Episode 2 – Kakigori

Kooriya Peace – Kichijoji

Kooriya Peace

Episode 3 – Mamekan

Irie – Monzen Nakacho

Irie

Umemura – Asakusa

Umemura

Akasaka Sagamiya – Akasaka

Akasaka Sagamiya

Episode 4 – Parfait

Kajitsuen Libre – Shinjuku

Kajitsuen Libre

Episode 5 – Hot Cake

Tengoku – Asakusa

Tengoku

Episode 6 – Bavarois

Kinozen – Kagurazaka

Kinozen

Episode 7 – Savarin

Cafe Recherche – Yokohama

Cafe Recherche

Episode 8 – Ohagi

Takeno to Ohagi – Sakura Shinmachi

Takeno to ohagi

Episode 9 – Eclair

Rue de Passy – Gakugeidaigaku

Rue de Passy

Episode 10 – Pudding

Esse Due – Akasaka

Esse Due

Episode 11 – Chocolat

Minimal – Tomigaya

Minimal

Episode 12 – Mont-Blanc

Waguriya – Yanaka

Waguriya

 

Ne soyez pas surpris de voir les clients faire la queue devant ces établissements. Les japonais n’hésitent pas à prendre leur mal en patience et attendre plusieurs minutes voire plusieurs heures afin de déguster la spécialité d’une maison renommée. 

Publicités

Guide – Kotchi Kotchi !

Kotchi Kotchi !

Lors de mon premier voyage au Japon, j’ai acheté plusieurs guides afin de m’aider à organiser mes sorties et trouver de bonnes adresses où manger. Mais arrivée sur le sol japonais, je n’ai finalement utilisé qu’une brochure trouvée à Japan Expo et un petit guide « Tokyo l’essentiel ». A l’approche de mon prochain séjour, j’avais envie de découvrir un guide avec une approche différente que ceux que je possède déjà… Et ce sont les éditions Issekinicho qui ont répondu à cet appel !

kotchi_couv_500_600px.jpg

Kotchi Kotchi ! se présente comme un guide pour voyageurs composé de trois grands chapitres :

Japon pratique

Cette partie se concentre sur la préparation du voyage. Outre les nombreux conseils sur ce qu’il nous faut emporter dans nos valises, il nous guide de l’aéroport de départ jusqu’à notre lieu de résidence. Des explications sur la carte de débarquement à remplir dans l’avion à la manière de se rendre des aéroports internationaux au centre-ville, tout y est détaillé et illustré clairement. J’apprécie tout particulièrement les pages consacrées au système ferroviaire japonais avec des exemples de trajets (avec plans à l’appui), mais également le tutoriel pour acheter sa carte de transport. Atterrir dans un pays étranger peut être déroutant et effrayant, mais les conseils et explications de ce chapitre permettent d’aborder plus sereinement son arrivée sur le sol nippon. De plus, j’ai apprécié les portraits de voyageurs français comme Aala, la personne derrière Un Gaijin au Japon.

extrait_01

Culture  

Dans ce chapitre, on découvre une approche inédite de la cuisine japonaise : oubliez l’énumération de restaurants, bars et cafés, et découvrez plutôt les ingrédients et les plats qui font la richesse de la gastronomie japonaise ! Les nombreuses illustrations nous permettent de mieux appréhender les plats typiques japonais. C’est à nous de rechercher sur place les établissements qui proposent ce que nous souhaitons découvrir. Autre sujet très important : les us et coutumes afin de bien comprendre le fonctionnement de la société japonaise et de s’y intégrer. Un agenda des matsuri et festivals nous permet de prévoir une jolie sortie culturelle si les dates coïncident avec celles de notre séjour. On profite également d’une listes de spots pour admirer les feux d’artifice, les sakura, ou encore les momiji.

extrait_02.jpg

Découvrir

De nombreuses pistes nous sont données afin de constituer notre propre itinéraire selon la durée de notre séjour. Outre les grosses villes comme Tokyo, Kyoto, ou Osaka, on y découvre des régions et des préfectures très souvent oubliées des guides et circuits touristiques. On retrouve tout de même quelques lieux célèbres à visiter, mais également des villages traditionnels qui nous replongent dans l’ère Edo.

extrait_03.jpg

 

Kotchi Kotchi ! nous offre une toute autre approche du guide pour voyageur. Il met l’accent sur la préparation et nous pousse à être curieux et autonome. Les nombreuses explications sont richement illustrées, claires et très précises. Une véritable invitation au voyage !

Pour vous procurer un exemplaire, c’est ici !

Lecture – Konbini

Konbini – Sayaka Murata

product_9782207137208_195x320

« Depuis l’enfance, Keiko Furukura a toujours été en décalage par rapport à ses camarades. A trente-six ans, elle occupe un emploi de vendeuse dans un konbini, sorte de supérette japonaise ouverte 24h/24. En poste depuis dis-huit ans, elle n’a aucune intention de quitter sa petite boutique, au grand dam de son entourage qui s’inquiète de la voir toujours célibataire et précaire à un âge où ses amies de fac ont déjà toutes fondé une famille. 

En manque de main-d’oeuvre, la supérette embauche un nouvel employé, Shihara, trente-cinq ans, lui aussi célibataire. Mais lorsqu’il apparaît qu’il n’a postulé que pour traquer une jeune femme sur laquelle il a jeté son dévolu, il est aussitôt licencié. Ces deux êtres solitaires vont alors trouver un arrangement pour le moins saugrenu mais qui leur permettra d’éviter le jugement permanent de la société. Pour combien de temps… »

Keiko est bien différente de l’image de la femme japonaise modelée par la société. Elle ne comprend pas ce monde, et ce monde ne la comprend pas. Plutôt que d’exprimer ses opinions, elle a dû, très jeune, les refouler et essayer de se fondre dans la masse en silence. C’est dans un konbini qu’elle va construire son petit univers pendant de nombreuses années. Souvent jugée par sa famille et ses amies sur sa vie professionnelle et sentimentale, elle se réfugie dans son rôle d’employée modèle. Mais son petit paradis va être chamboulé avec l’arrivée d’un nouveau collègue : Shihara. L’homme ne semble montrer aucun intérêt pour ce travail que Keiko prend très à cœur. De plus, il ne tardera pas à montrer sa vraie nature, celle d’un homme désabusé par cette société qui exige de lui d’être un homme parfaitement intégré. Certaines de ses déviances le conduiront même au licenciement. Après cet épisode, Keiko et Shihara finiront par se rapprocher d’une manière surprenante et vivre ensemble afin d’échapper aux critiques de leurs proches. Alors que les amies et la famille de Keiko semblent se réjouir de la voir enfin en couple avec un homme, la voilà harcelée de questions par ses collègues du konbini ! Oubliée la bonne employée travaillant tous les jours avec entrain et sérieux, seule la femme en couple intéresse ses pairs. Regretterait-elle son ancienne vie ?

Ce livre est un véritable coup de cœur. L’auteure met l’accent sur la pression subie par les hommes et les femmes qui ne rentreraient pas dans le moule instauré par la société nippone. Une triste réalité dépeinte avec un soupçon d’humour et un style d’écriture agréable.

Lecture – La Photographe

La Photographe – Kenichi Kiriki

éditions Horizon Komikku

« Récemment inscrite dans le club photo de son lycée, la jeune Ayumi parcourt Tokyo pour s’entraîner à manier son appareil et s’approprier les techniques de la photographie. On la suit dans ses balades citadines qui sont surtout prétextes à l’exploration de la capitale japonaise. »

Couverture-La-Photographe-T011-555x783

Je me suis laissée emmener dès le premier chapitre où l’on voit la construction de la Tokyo Skytree à travers l’objectif de l’héroïne. J’ai été très marquée par la visite de cette tour lors de mon voyage, et la redécouvrir ainsi m’a procuré un sentiment agréable. L’auteur nous emmène découvrir ces petits détails qui font le charme d’un quartier, d’une rue, d’un bâtiment… La balade n’en est que plus vivifiante en compagnie de la lycéenne. Nous sommes deux, Ayumi et le lecteur, à découvrir ces anecdotes et petits pans d’histoire que compte la capitale nippone.

IMG_3172.JPG

Dans les tomes suivants, le thème de la photographie y est abordé plus en détail. L’auteur s’attarde également davantage sur les personnages et leur évolution. On y retrouve tout de même les promenades qui font le charme de la série.

IMG_3173.JPG

C’est un réel plaisir de redécouvrir certains lieux que j’ai pu visiter lors de mon séjour, et cela me donne envie d’explorer ceux que j’ai découvert sur le papier. Il me tarde de découvrir les prochaines découvertes et les progrès d’Ayumi dans le tome 4 !